Les résidences autonomies (ex-logements-foyers)

La personne âgéeLogement-foyer : l’autonomie conservée dans un cadre sécurisé

Le logement-foyer est une formule d’hébergement collectif non médicalisé offrant des logements de tailles différentes associés à des lieux de vie communs et des services dont l’usage est optionnel.

Il est désormais appelé résidence autonomie lorsqu’il accueille des personnes âgées. Ce changement de nom s’accompagne d’un renforcement du rôle de ces structures dans la prévention de la perte d’autonomie.

Habitation intermédiaire entre la maison de retraite et le domicile de la personne âgée

Les résidences autonomies (ex-logements-foyers) sont des établissements médico-sociaux composés en moyenne d’une cinquantaine de logements. Ils proposent aux personnes âgées des appartements uniquement en location (studio ou appartement une pièce pour une personne seule et deux pièces pour un couple) à titre de résidence principale.

Généralement moins spacieux que leur ancien domicile, ils bénéficient cependant de tout le confort (coin cuisine, sanitaires indépendants) et sont pensés pour faciliter leurs déplacements, assurer au maximum leur sécurité (pas d’étage, donc pas d’escalier, risque de chute amoindri…) et donc simplifier leur quotidien.

Le senior peut emménager avec ses meubles et ses objets pour personnaliser son intérieur afin de faciliter son acclimatation dans son nouvel environnement.

A qui s’adresse la résidence autonomie (ex-logement-foyer) ?

Les résidences autonomies sont accessibles aux seniors de plus de 60 ans encore relativement valides et autonomes qui ne nécessitent pas de soins particuliers et disposant d’un revenu modeste.

Le degré d’autonomie de la personne âgée doit être évalué en GIR 5 ou 6. Certains GIR 4 peuvent cependant être admis sous conditions d’une signature de convention entre un EHPAD et un professionnel de santé (SSIAD, SPASAD, centre de santé).

En cas de besoin, ce type de structure prévoit un service d’assistance capable d’intervenir à tout moment. Des intervenants extérieurs (médecins, infirmiers, SSIAD service de soins infirmiers à domicile) peuvent  également dispenser certains soins courants ou médicaux aux résidents.

Notez que la plupart du temps, les logements-foyers ou résidences autonomie sont gérés par des structures publiques (rattachées à une collectivité locale type CCAS ou un établissement sanitaire). Le conseil départemental accorde l’autorisation de fonctionnement aux résidences autonomie et vérifie la qualité des prestations par des évaluations régulières qui doivent être réalisées par les établissements.

De vocation sociale, le coût du logement doit être modéré.

Des prestations et des services facultatifs pour accompagner les résidents

Les retraités vivant en résidence autonomie peuvent bénéficier de services mis en place par la structure. Ces derniers sont réglementés avec la loi d’adaptation de la société au vieillissement (cf décret du 27/05/16) et doivent comprendre depuis le 1er juillet 2016 une liste de prestations minimales, individuelles ou collectives :

  • Une gestion administrative (dont état des lieux d’entrée et de sortie)
  • Mise à disposition d’un logement et de locaux collectifs avec leur entretien
  • Des actions collectives et individuelles de prévention de la perte d’autonomie
  • Un service de restauration et de blanchisserie
  • Accès aux moyens de communication, y compris internet, dans tout ou partie de l’établissement
  • Assistance aux résidents 24h/24
  • Des animations dans l’enceinte de la résidence et à l’extérieur

Les résidents sont libres d’utiliser ou non ces services. Il est important de demander lors d’une visite les services inclus dans le prix et ceux facturés en supplément.

Logement-foyer : une solution satisfaisante ?

Ni maison médicalisée ni domicile, la résidence autonomie (ex-logement-foyer) est une solution intermédiaire plutôt séduisante qui peut faire office d’étape de transition avant de rejoindre un établissement pour personnes âgées dépendantes (type EHPAD).

De plus, les logements foyers sont pour certaines personnes un moyen de renouer avec une vie sociale plus active. Dans les « zones communes », elles trouvent des personnes d’âges similaires, d’intérêts et de capacités proches des leurs et se sentent ainsi moins isolées. Le contact régulier avec les équipes (sécurité, restauration, services divers) permet non seulement de rompre la solitude, mais aussi d’instaurer un dialogue de confiance, de détecter éventuellement certaines difficultés que rencontrent les résidents et de trouver des solutions.

Résidence autonomie ou résidence services seniors ?

Malgré de nombreux points forts et un modèle apprécié des personnes âgées autonomes, les ex-logements-foyers font face à un constat moins favorable. Victimes de leur succès (notamment dû à la méconnaissance d’autres solutions comme les résidences services seniors), ils répondent moins efficacement à une demande en hausse ; frappés par des budgets revus à la baisse ne permettant un lifting pourtant souhaitable, ils offrent des prestations en baisse de qualité et des services pas toujours à la hauteur des attentes…

  • Un parc désuet : la majorité du parc français de logements-foyers date d’au moins 30 à 40 ans. Construits selon les standards et les règles de sécurité de l’époque, tous n’ont pas bénéficié de la mise aux normes actuelles de confort qui s’imposeraient.
  • Une ergonomie à revoir : idem pour le niveau de confort, loin des résidences de services les plus récentes : aménagements et sanitaires inadaptés à un public âgé (il faut parfois enjamber la baignoire), volets mécaniques plutôt qu’électriques, mauvaise isolation, espaces communs non rénovés, etc. Les prestations ne sont pas toujours à la hauteur des attentes d’aujourd’hui.
  • Des budgets de réhabilitation bloqués : le fonctionnement des logements foyers dépend de communes qui, pour la plupart, ont vu leur budget réduit, bloqué ou parfois même supprimé. Directement liées à ses coupes budgétaires, les rénovations et réhabilitations des logements ne voient pas toujours le jour.
  • Des listes d’attente sans fin : dans de nombreuses zones, la demande pour les résidences autonomies (ex-logements-foyers) comme pour les EHPAD est plus forte que l’offre. Les listes d’attente ont donc tendance à s’allonger, n’offrant pas de solution rapide à la personne âgée et sa famille.

La résidence service : chez soi, autrement !

A l’image du groupe Les Résidentiels, les résidences de services sont une solution de maintien à domicile parfaitement adaptée aux personnes âgées encore autonomes. Gérées par le secteur privé, elles sont généralement mieux situées à proximité de commerces, professionnels de santé et transports en communs. Elles proposent des logements privatifs et personnalisables souvent plus récents, plus confortables, répondant aux contraintes de sécurité actuelles, ainsi que de nombreux services annexes (facultatifs) en plus des prestations classiques pour faciliter et sécuriser la vie quotidienne des résidents. Vivre en résidences services, c’est vivre chez soi en mieux. 

==> Vous êtes autonome ? Semi-valide ? Vous recherchez une solution d’hébergement temporaire ou permanente ? Recevez gratuitement la brochure des Résidentiels


EN CHIFFRES

Nombre d’établissements en France au 1er janvier 2014

  • EHPAD Établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes : 7 258  (557 648 lits en hébergement permanent)
  • Logements-foyers : 2 337 (111 370 logements)
  • Maisons de retraite non EHPAD : 450 (15 829 lits en hébergement permanent)
  • Résidences services seniors : 380 (32 000 logements)

Source : Drees, répertoire FINESS et enquête SAE.


Les résidences autonomies (ex-logements-foyers)