Déclin cognitif des personnes âgées

Détérioration des fonctions cognitives

Le déclin cognitif va commencer pour certaines fonctions vers l’âge de 20 ans. Mais c’est aux alentours de 45 ans ans que l’on commence réellement à le ressentir. La mémoire à court terme et la mémoire de travail déclinent ainsi lentement mais progressivement et on observe une altération modérée mais significative des fonctions cognitives.

Comment cela peut se manifester ?

  • Trouble de la concentration,
  • Trou de mémoire,
  • Peur de la nouveauté,
  • Baisse de la motivation,
  • Difficultés à calculer ou à écrire,
  • Du mal à trouver ses mots,
  • Sentiment de ne plus pouvoir réaliser certaines choses,
  • Variation de comportement et d’humeur…

Etude sur le déclin cognitif en institution et à domicile

Le déclin cognitif des personnes âgées est plus important pour celles qui vivent en institution médicalisée que pour celles qui vivent à domicile ou en résidence services. C’est en effet ce que révèle une étude de l’Inserm, ayant suivi plus de 3.500 personnes âgées avec des caractéristiques cliniques similaires sur 22 ans.

L’objectif était de recueillir des données épidémiologiques sur le vieillissement cognitif et fonctionnel, notamment la maladie d’Alzheimer et les maladies apparentées ainsi que sur la dépendance de la personne âgée.

L’analyse a donc porté sur 3.675 participants, après avoir exclu ceux qui avaient été diagnostiqués avec une démence à l’inclusion. Au cours du suivi, 558 (15%) ont intégré une institution et 3.117 sont restés à domicile (85%).

Le maintien à domicile limiterait le déclin

Après ajustement sur de nombreux facteurs de confusion potentiels, l’analyse montre que l’institutionnalisation est associée à un déclin cognitif. Ce dernier est significativement plus important au plan statistique par rapport au déclin observé chez les personnes restant à domicile ou vivant en résidence service. Une différence moyenne de 0,2 point par an sur le MMSE* a été observée. Des résultats similaires apparaissent avec les deux autres tests.

Il paraît alors évident que les personnes dont les fonctions cognitives déclinent ont un risque plus grand d’institutionnalisation. C’est pourquoi les participants qui ont développé une démence au cours du suivi ont été exclus des analyses.

Raisons du déclin cognitif

En effet, il est reconnu que la mémoire, le raisonnement ou encore l’orientation se détériorent en vieillissant. L’autonomie des personnes devient alors plus réduite. Mais les raisons de ce déclin restent cependant à déterminer.

Les restrictions occasionnées par la vie en institution sur le plan physique, social, cognitif et émotionnel pourraient expliquer en partie ces résultats. De nombreux autres facteurs accentueraient également le déclin cognitif :

(*) Le déclin cognitif a été évalué avec les tests :

Source FNADEPA

Ces articles pourraient également vous intéresser

Déclin cognitif des personnes âgées