La « plateforme de répit », ou « aide aux aidants »

Le plus souvent, la plateforme de répit est un dispositif mis en place par un établissement d’hébergement pour personnes âgées. Elle s’adresse à l’aidant (personne s’occupant d’un proche en perte d’autonomie ou atteint de la maladie d’Alzheimer) et à la personne âgée qu’elle accompagne vivant encore à domicile. Il s’agit concrètement d’une prise en charge temporaire de la personne dépendante, permettant de soulager l’aidant. Les Résidentiels vous donnent plus de détails sur la « plateforme de répit« , également appelée « aide aux aidants« .

La plateforme d’accompagnement ou de répit, à quoi ça sert ?

La mission principale de la plateforme de répit est de se « substituer » temporairement à l’aidant en proposant une solution d’accueil à la personne dont il est en charge. L’aidé est alors placé en accueil de jour, en hébergement temporaire ou à l’hôpital ou se voit orienté avec l’aidant vers différentes solutions de répit (activités culturelles, sorties, stimulation sensorielle, répit à domicile, séjour vacances, etc.).

Mais pour bien comprendre les enjeux de ce dispositif issu du Plan Alzheimer 2008-2012, il faut bien mesurer qu’il s’adresse à la fois à l’aidant (d’où le terme « d’aide aux aidants ») mais aussi à la personne dépendante ou en perte d’autonomie :

  • La plateforme de répit peut ainsi proposer d’autres prestations de soutien à la personne malade et à son aidant, comme des ateliers d’information, de l’écoute, du conseil individualisé, des groupes de discussion, une aide psychologique, etc. L’objectif est d’accompagner les aidants familiaux pour les aider à faire face à la prise en charge d’une personne dépendante.
  • Pour les aidants, ce type de service permet de libérer du temps et de souffler car l’aide est une responsabilité stressante qui peut avoir un grand impact sur la vie au travail, la vie personnelle, et la santé de l’aidant. L’aide aux aidants permet donc de conserver une vie sociale et relationnelle en luttant contre le repli et la dépression.
  • Pour la personne dépendante, la plateforme permet de rompre avec les habitudes du quotidien (sorties, loisirs et activités dans un cadre sécurisé) et de se maintenir en santé, physique et cognitive grâce à un personnel disponible, attentif et compétent.
  • Cette plateforme est enfin un moyen de veiller sur la santé des aidants et des aidés et de détecter les profils « à risque » qui pourraient compromettre le maintien à domicile de la personne dépendante.

Ne plus assumer seul(e) la prise en charge d’un proche dépendant

L’aidant, ou aidant familial, est généralement un proche (conjoint ou enfant, mais aussi ami ou voisin) de la personne atteinte d’Alzheimer ou en perte d’autonomie qui assure la prise en charge de la personne, souvent au détriment de leur vie privée, de leur vie sociale et parfois même de leur bien-être psychologique ou physique.

« Dès qu’Alzheimer s’est déclaré, j’ai voulu être présente au chevet de ma mère malade en pensant que la situation s’améliorerait. Mais rapidement, je me suis retrouvée dans un engrenage, piégée par une responsabilité que je ne voulais pas abandonner… Comme si j’avais fait la promesse à mère de toujours faire le nécessaire pour qu’elle puisse rester à son domicile, se souvient Marie-France, 56 ans. C’est devenu de plus en plus difficile, éprouvant mentalement et physiquement, car je m’étais engagée seule, ou presque, dans cette aventure. »

Une bulle d’air bienvenue pour le couple

Pour Marie-France, la situation évolue lorsqu’elle prend conscience de la spirale dans laquelle elle/s est/sont. « J’avais mis ma vie personnelle et de couple entre parenthèse, j’assumais tant bien que mal ma mission professionnelle, jusqu’à ce jour où l’on m’a parlé de la plateforme d’accompagnement et de répit… »

Au bord de la rupture, l’aide aux aidants est un relais bienvenu pour Marie-France, qui reconnait néanmoins que « savoir déléguer, lâcher prise, prendre du recul sur la situation ou savoir poser des limites à mon rôle sans culpabiliser n’a pas été si simple que ça. Ce sont les groupes de soutien qui m’ont fait comprendre que la démarche d’aide aux personnes dépendantes était à la fois individuelle et collective… Que tout ne pouvait pas reposer QUE sur moi. »

« Au final, la plateforme de répit a été salutaire pour moi, profitable pour ma famille et mon couple, et bénéfique pour ma mère, qui a trouvé là de nouvelles formes de stimulation intellectuelle et physique. »

Quels sont les établissements proposant de l’aide aux aidants ?

Les plateformes de répit sont relativement récentes (les premières ont vu le jour en 2009), mais leur nombre est croissant. Elles sont le plus souvent adossées à des établissements proposant un accueil de jour (maison de retraite médicalisée par exemple). Notez que l’aidé ne doit pas nécessairement être inscrit dans l’établissement proposant ce service pour pouvoir bénéficier de l’accompagnement de la plateforme.

En savoir plus sur les Résidentiels

- Concept
- Demande de brochure
- Visiter une résidence seniors

A  lire sur le même sujet :
Une structure alternative à la maison de retraite

La « plateforme de répit », ou « aide aux aidants »
SUIVEZ L'ACTUALITÉ
DES RÉSIDENTIELS SUR FACEBOOK